Crédit consommation, grandes surfaces épinglées

Selon Gérard Becher, membre de l’UFC Que Choisir, le manque d’information sur les crédits à la consommation n’a toujours pas été amélioré.

Le précédent 2009 :

Lors d’une étude réalisée en 2009 par l’UFC Que Choisir, la majorité des consommateurs avaient des crédits renouvelables ainsi qu’une carte de fidélité sans pour autant avoir la moindre information sur leurs crédits, notamment les avantages ou désavantages.

Que dit la loi Lagarde :

La loi Lagarde a apporté des changements en mai 2011. Les consommateurs ont plus de garanties car les établissements financiers doivent leur fournir des explications sur les crédits renouvelables tout en vérifiant la capacité de remboursement pour ceux qui souhaitent avoir un crédit à partir de 1000 euros.

Un an après, on en est où :

Dans le cadre de leur enquête, les membres de l’UFC ont voulu connaître les changements qui ont eu lieu au fil du temps en faisant des achats dans différents grands magasins pour voir leurs façons de procéder notamment : informer les clients, vérifier la solvabilité ou encore les méthodes de crédit proposés.

Le constat :

Les résultats ont démontré qu’il n’y a pas eu de grand changement et que dans la plupart des cas, les consommateurs sont repartis avec un crédit classique et sans oublier une carte de fidélité qui leur permet toujours de piocher dans une réserve.

Information incomplète :

Au niveau information, plus de 85% des enquêteurs ont été informés sur : la mensualité, le taux global et les intérêts. 25% ont été informés sur la possibilité de faire un remboursement anticipé ainsi que le délai de rétractation et uniquement 12,5% ont été informés sur les différents frais à payer notamment frais de gestion ou mensualités.

Solvabilité : néant

Ce qui est encore plus choquant, c’est qu’ils n’ont pas demandé d’information pour vérifier la solvabilité à plus de 80% des enquêteurs : pas de renseignement sur l’activité professionnelle, la situation financière ou encore le taux d’endettement actuel de l’emprunteur.

Les propositions d’UFC :

L’UFC souhaite que la vente des crédits renouvelables soit interdite ainsi que les cartes de fidélité et que la loi soit plus sévère sur la vérification de solvabilité dès le moindre centime emprunté.

Pour faire face à une accumulation de crédits renouvelables, vous pouvez faire un rachat de crédit revolving en passant par notre outil de simulation, vous réaliserez des économies importantes.